Henri


Ô Henri, pour venir te voir j’avoue j’ai menti
J’ai inventé mille comédies
Les bras ouverts et le sourire fleuri
Ô Henri pour être ta femme je me s’rais trahie
Pourtant tu es resté si poli
… Ce soir je dors chez toi Henri…

Henri combien de fois mes yeux te l’ont dit
Fais-moi redevenir qui je suis
Henri.

Ô en ri… en ri… en ridicule tu m’as tournée Henri
Mais en ricochant je t’ai maudit
J’ai de la peine et tu en ris
Ô Henri pour être ta femme je me s’rais trahie
Parce-que toi seul aurais réussi
Là où tant d’autres ce sont dédis

Henri combien de fois mes yeux te l’ont dit
Fais-moi redevenir qui je suis
Henri
Ô Henri pour ne plus me voir tu t’es enfui
Comme s’il s’agissait d’un compromis
Mais moi je pense encore à toi Henri
Ô Henri pour être ta femme je me s’rais trahie
Pourquoi es-tu resté si poli
Je dors encore chez toi Henri…

Madame talons aiguilles

Cadence de pointille, madame talons aiguilles
Sur jupe courte évasée, légèrement boudinée
Vient de me réveiller, il est 8 heures passées
Elle ouvre son café sur une belle journée

Tic,ti… Tiqueter, j’entends son pas tic,ti, tiqueter
 Tic,ti… Tiqueter et je m’en vais le coeur léger… Me balader
 
Elle a l’oeil qui pétille madame talons aiguilles
Et tous les commerçants viennent tonitruants
Prendre un café serré dans son bistrot d’quartier
Moi j’habite au premier, c’est elle qui m’fait lever
Bien sûr elle se maquille, madame talons aiguilles
Bien sûr elle force un peu, elle a toujours forcé
Essayant de cacher le nombre des années
Passées dans son café à toujours écouter

 Tic,ti… Tiqueter, j’entends son pas tic,ti, tiqueter
 Tic,ti… Tiqueter et je m’en vais le coeur léger… Me balader

Secret de pacotille, madame talons aiguilles
A le coeur fatigué, c’est ce qu’on dit dans le quartier
Elle a vendu son café déjà le mois dernier
Madame talons aiguilles part sur la pointe des pieds…
Depuis que je suis p’tite fille, madame talons aiguilles
Fait sonner le pavé de son pas décidé
Qui va la remplacer, qui va me réveiller?
J’suis toujours au premier mais j’dors fenêtres fermées.

De mes deux

Co « de mes deux » ment, vas « de mes deux » tu
Co « de mes deux » ment… vas-tu ?
Co « de mes deux » ment, tu « de mes deux » vas
Co « de mes deux » ment… Tu vas ?
« de mes deux » çi, « de mes deux » là
« de mes deux » mais « de mes deux » ….mais de quoi ???
Depuis toi, c’est comme ça, je mets: « de mes deux » !!!

Si décidément, c’est dé, c’est dément cette histoire de « de mes deux »
C’était bien parti, pourtant, c’est fini, c’est parce que tu m’as trahi
J’ai voulu te découper, te jeter aux chiens pour te faire bouffer
J’ai pas l’droit, c’est la loi qui t’a sauvé !

Puisque c’est comme ça, puisque j’ai pas le droit de te découper entier
Je coupe les mots en petits morceaux j’leur fais des coups bas pour toi.
Mais « de mes deux » qui ?…mais « de mes deux »de quoi ?
Si c’est pour le français alors il s’en remettra
Mais « de mes deux » qui ?…mais « de mes deux » de quoi ?
Je n’aime pas qu’on se moque de moi !

Si pour toi la vie s’est prise dans l’tapis, que t’es pas encore guéri
Tous les mots en « u » tous les mots en « i », tous les mots en « o » aussi
Dans la vie y’a pas de milieux, c’est comme çi ou c’est comme ça
Coupe bien en deux, mets-y « de mes deux » … et ça va mieux !



Je voulais ta peau celle qui est sur ton dos fais pas le malin ou bien
Sa « de mes deux » lut… la « de mes deux » mi
Salut, l’ami
J’ai voulu te découper, te jeter aux chiens pour te faire bouffer
J’ai pas l’droit, c’est la loi qui t’a sauvé !

TypoMarieKissLaJoueOK